Mon cheval tire au renard!

Le cheval est claustrophobe par nature. Être confiné le terrifie. Afin d’apprendre à rester attaché, il doit apprendre à résister à ce que la nature a inscrit dans leurs gènes. Imaginez-vous dans les sabots d’un cheval, vous êtes là tranquille quand, pour une raison ou une autre, vous levez la tête et quelque chose vous saisit derrière les oreilles. C’est la panique ! Cela doit être un prédateur énorme, je vais mourir !
 
Quand un cheval tire en arrière, le problème n’est pas tellement de rester attaché mais de rester « cerveau gauche » dans une situation « cerveau droit ».
 
La plupart des chevaux qui tirent en arrière sont du type réactif, peu sûr, nerveux, méfiant et tendu. Le pire c’est qu’ils ne connaissent pas la réponse adéquate à la pression dans le monde des humains. C’est l’inverse de ce que leur instinct leur dicte. Dans la nature, la pression provoque la lutte ou la fuite. Mais dans la cité humaine, elle devrait signifier « ne t’en fais pas, cède et détends-toi ».
 
Vous devez enseigner cela à votre cheval parce que cela va totalement à l’encontre de son instinct. Dans la méthode Parelli, « enseigner » est le mot qui compte. Traditionnellement, on apprend aux chevaux à rester attachés en les « lançant à l’eau ». Ils sont attachés à de gros poteaux avec de grosses cordes, parfois avec des tuyaux en caoutchouc à l’intérieur pour permettre un peu d’élasticité. Certains chevaux s’y font, d’autres s’arrachent la nuque, la solution est dans la communication (voir le DVD "The 7 Games") et dans la compréhension du comportement équin (voir le DVD Parelli "Horsenality").
 
Apprenez à votre cheval à utiliser la partie gauche de son cerveau. Enseignez-lui la réponse appropriée à la pression dans l’environnement humain.

 

Retour au sommaire des problèmes