Pat Parelli présente une démonstration pour sa Majesté la Reine à Buckingaham Palace

Le cow-boy et La Reine

« Excusez-moi, qu’elle est la personne qui veut que je fasse une démonstration ?»
« Sa Majesté La Reine. »
« Oh, (pause) Hé, c’est génial ! »

Alors, Pat Parelli, ce horseman naturel de renommée mondiale, mit dans ses valises ses carrot sticks, ses savvy strings, et ses cordes, puis lui et sa femme Linda partirent pour Buckingham Palace pour voir La Reine.  Juste avant son départ, il a été surpris devant son miroir en train de s’exercer à faire son nœud de cravate, avant sa visite royale, le 5 novembre 2003.

Major Felix Wheeler, l’Ecuyer Royal, responsable des transports de La Reine (excepté pour les voyages en avion ou en bateau), a fait le nécessaire pour que Pat Parelli puisse démontrer ses qualités de horsemanship à Sa Majesté, ainsi qu’à la Cavalerie de La Reine et aux Troupes du Roi à la Mews Royale, (les écuries de Buckingham Palace qui abritent aussi les véhicules de l’état incluant la magnifique calèche Golden State qui est utilisée pour les couronnements).

Lors de ces deux dernières années, Charlotte Denis, David Stuart, Neil Pye et d’autres membres du Savvy team ont présenté plus de 50 démonstrations dans le Royaume Uni.  Des membres de la Troupe du Roi ont été présents lors de plusieurs démonstrations à Londres.  Ils ont incorporé beaucoup de techniques du Parelli Natural Horsmanship dans leur programme et ont actuellement parlé du système Parelli lors de leurs performances.  Même s’il ne nous viendrait pas à l’idée que les troupes du roi puissent avoir quelques difficultés avec leurs chevaux, ils en ont.

Comme la plupart des cultures dans le monde moderne, les anglais ont eux aussi hérité d’une génération déconnectée du milieu rural, ils ont un bon nombre de jeunes hommes dans leurs troupes qui n’ont pas grandi avec des chevaux.  Ils se sont tournés vers Pat Parelli et son système pour des solutions et un plan pour le développement de leur horsemanship.  « Lors de notre présentation à Solihull, Angleterre, en octobre, Linda Parelli a dit, « deux jeunes gens de la Mews Royale ont été réellement inspirés par ce que nous présentions.  Ils ont partagé les challenges de leurs chevaux de selles et d’attelages avec Pat, et il leur a donné de très bonnes suggestions pour résoudre leurs problèmes. » 

Ils étaient tellement inspirés qu’ils ont fait parvenir l’idée à Major Wheeler, l’Ecuyer Royal, de faire venir Pat à Buckingham Palace. Quand on lui a demandé s’il était nerveux de faire une présentation devant La Reine, l’Ecuyer Royal, le chef de la troupe du Roi, l’ambassadeur américain du Royaume Uni (Will Farrish – qui est propriétaire de Lanes End Farm à Lexington, Kentucky), les officiers montés de la Garde Royale, les officiers de Scotland Yard, les membres de la Cavalerie, les membres des troupes du Roi, et le Maître du cheval Lord Vestley, Pat Parelli sourit et dit : « J’ai appris à mes papillons de voler en formation. La seule chose qui m’inquiétait, c’était de m’incliner devant La Reine et de la heurter en me relevant. » Ensuite il devint sérieux.  « Je me demande habituellement si cela va apporter quelque chose à notre mission, qui est d’élever le niveau de horsemanship dans le monde entier.  La réponse à cette situation est oui, bien sûre.  La mission est la chose importante, le faire pour La Reine c’est un bonus. »  Cela devait être un bonus pour La Reine aussi, puisque les 30 minutes de démonstration planifiée on gardé l’attention de Sa Majesté pendant 1 heure et 15 minutes, et elle a été vue riant aux blagues de Pat.

C’est sûr que le chapeau de cow-boy de Pat se faisait remarquer parmi les dignitaires lors du Grand Thé donné par l’Ecuyer Royal avant la présentation.  C’est sûr aussi que la maman de Pat, Doris Parelli, a éclaté de fierté lorsqu’elle et Linda Parelli on accompagné Pat ce jour.  Avant le Grand Thé, ils ont été tous les trois invités à faire le tour des Calèches Royales, incluant The Gold State Coach, cette calèche décorée et fabriquée pour le Roi George III, maintenant stationnée dans le Royal Mews.  « C’était incroyablement beau ! » dit Linda, ajoutant que Pat a joué le jeu du porc-épic (jeu n°2 du savvy system) sur un des chevaux en bois attelé à la calèche.  « La prime d’assurance pour sortir la calèche une seule fois», ajouta Pat, « est de 2 millions de dollars, Ils doivent même démonter le bâtiment pour sortir la calèche, c’était incroyable. » Maintenant il est temps d’aller dans le hall d’équitation, ajouté en 1764 par le Roi George III quand il changea le nom de ses écuries à Royal Mews Pimlico.  Pour le plus gros de l’année, les écuries Royales Mews sont la résidence des chevaux de travail qui jouent un rôle important lors des cérémonies officielles de La Reine.  Ces chevaux sont essentiellement des Cleveland Bays, la seule race de chevaux de trait léger en Angleterre, et le Windsor Greys, qui par tradition emmène l’attelage de La Reine.

Quand on a demandé a Linda (qui est rarement timide) où elle voulait être assise, elle répondi, « Juste derrière La Reine ! Je ne peux pas m’asseoir devant elle – toute les personnes responsables sont assises au premier rang.  Donc si je m’assieds derrière elle, je pourrais répondre aux questions qu’elle pourrait avoir. »

« Nous nous sommes tous levés quand Sa Majesté arriva, elle avait son sourire gracieux et royal.  Pat enleva son chapeau, et croyez le ou pas, Pat lui fit un clin d’œil ! Quand je lui ai demandé s’il s’était rendu compte de son clin d’œil, il répondit, « Oui ! Et as-tu vu qu’elle m’a répondu ? »

Ensuite tous s’assirent et l’Ecuyer Royal a dit quelques mots sur la présentation et pourquoi la communication et la psychologie avec les chevaux étaient si importantes.  Pat continua en disant que c’était un honneur d’être là, et qu’il aimerait présenter son programme avec ses étudiants, et que son but c’est d’apprendre aux gens à pratiquer cela avec leurs propre chevaux.  « C’était un discours très court»  dit Pat, « à peu près 30 ou 40 secondes.  Peut-être le discours le plus court que je n’ai jamais fait. »

Neil Pye, le doyen du Parelli International Savvy Centres, a ensuite présenté la Savvy Team : « Votre Majesté et Dignes Invités»  Combien de fois dans ta vie tu peux actuellement utiliser cette phrase ?  Neil sourit et dit, « C’est exactement ce que j’ai dit à ma mère. »   Ensuite Neil continua et présenta le Savvy Team et les concepts du programme Parelli.


Malgré le fait que Pat était « élu » à être le Elvis du monde du cheval à cause de la façon dont il captive et anime un public, sa première pensée est : « Ce n’est pas ce que je peux faire avec mes chevaux, c’est ce que je peux enseigner aux autres comment faire cela avec leurs chevaux. »  En accord avec cette philosophie, Pat avait 3 de ses étudiants, Charlotte Denis (GB), Silke Valentine (Allemagne), et Ingela Sainsbury (GB), qui se sont exécutées devant La Reine avant l’apparition de Pat. « Je voulais que La Reine voie d’abord le « Whaoo »  avant que je démontre la partie « comment faire. »   Et c’était un sacré « Whaoo ».  Une des étudiantes, Sike Valentine, était dans une chaise roulante motorisée, ses « jambes » depuis 19 ans, suite à un accident de voiture.  La Reine impressionnée ouvrit grand les yeux lorsque Silke pointa légèrement le van et son frison galopa dedans – pas de licol, pas de corde.  Ingela et Charlotte gagnèrent les sourires de La Reine lorsqu’elles montèrent sans bride avec grâce et fluidité.  « Parce que j’étais assise derrière La Reine, »  ajouta Linda, «  Je pouvais voir son langage corporel. »

Au début elle était assise de façon très guindée, croisant et décroisant ses jambes.  Et Charlotte commença à faire de la liberté, faisant galoper son cheval, elle était immobile et lui donnait le plus petit signe pour qu’il change d’allure, et La Reine se pencha en avant, captivée.  Sa Majesté a été subjuguée depuis ce moment là.

Une autre chose qui a aussi captivé l’attention de La Reine, c’est quand l’Ecuyer Royal a annoncé que nous étions reconnus comme université en horsemanship.  La Reine se pencha vers l’Ambassadeur Farrish, et dit, « Vraiment ! »

« J’ai pleuré pendant la présentation, je dois l’admettre, »  continua Linda.  « J’écoutais les sursauts d’admiration dans le public pendant la démonstration, et je n’ai pas pu me retenir.  Je pense que la présentation de la liberté a vraiment pris les gens par surprise.  Quand Silke est arrivée, elle a fait une courte démonstration en liberté depuis sa chaise roulante motorisée, et ensuite envoya son cheval avec la corde au trot dans le van.  Ensuite elle a fait de même avec le cheval en liberté et l’a aussi envoyé en reculant dans le van.  Tout le monde, incluant La Reine, ont juste failli tomber de leurs chaises !  Un des dignitaires m’a parlé des problèmes qu’ils ont eus lors du chargement, et je lui donnai un petit coup de coude et dit, « Est-ce qu’un chargement comme ça serait assez bon ? »   Il me regarda avec stupéfaction et dit, « Je n’ai jamais vu quelque chose de semblable ! »  L’ambassadeur Farrish ajouta gaiement, « oh oui, Pat a joué avec mon étalon au Kentucky et a fait les mêmes choses, est-ce que ce n’est pas remarquable ? »

Alors, quels chevaux La Reine a-t-elle prévu pour Pat ?  Ils ont fourni un cheval assez pointilleux d’après La Reine (Pat ajouta que La Reine est une femme de cheval, elle connaît vraiment ses chevaux.)  Ce cheval était un croisement entre un Irlandais de trait et un pur-sang (d’après Linda, il était énorme et tenait plus du cheval de trait, Pat paraissait minuscule à côté de lui).  « Ce cheval était vraiment électrique, »  dit Linda.  « Ils dirent que ce cheval avait peur de tout et était vraiment imprévisible. »  Pat avait installé plusieurs bâches en plastic par terre ainsi que d’autres défis. Au début le cheval ne voulait même pas s’y approcher.  Il commença à jouer avec le cheval, tout en parlant de sa philosophie de l’amour, du langage et du leadership, et « faisant sa magie »  comme beaucoup le disent.  Rapidement le cheval se décontracta et gagnait du respect pour Pat.  Pat faisait l’ivrogne autour du cheval pendant le jeu de l’amitié.  Linda rigola, et au début La Reine ne pouvait presque pas croire ce qu’elle voyait, mais finit par éclater de rire.

Quand Pat a un cheval entre ses mains, il commence juste à parler comme il le fait toujours, au sujet de la relation entre une proie et un prédateur, il raconte ses histoires, les chevaux sont comme les maris – vous devez les laisser tranquille au bon moment.  La Reine a vraiment rigolé  suite à cette blague.  « Je commençais par lancer la corde sur le dos du cheval, » commente Pat « Ce cheval décolla comme une fusée en arrière jusqu’à l’autre bout de la carrière.  Il ne voulait même pas me laisser m’approcher pour lancer la corde sur son dos.  J’ai juste continué à jouer avec ce cheval en même temps que je le ramenais de l’autre côté de la carrière.  J’ai senti le cheval qui se disait, « ça n’a pas marché, »  et je lui ai donné une pause pour un instant.  Ensuite j’ai remarqué le changement d’attitude, et ai demandé au public s’ils avaient vu le changement dans ce cheval.  Ensuite j’ai entrepris de lancer la corde sur son dos trois fois de suite.  J’ai aussi demandé aux spectateurs de frapper des mains pour désensibiliser le cheval, et de s’arrêter quand il se décontractait et mettait sa tête en bas.  Même la Reine a participé, tapant des mains comme les autres !  Je ne pense pas que La Reine soit supposée applaudir quoi que ce soit, mais elle l’a fait, même quand j’ai dit, « applaudissez cette personne ou ce cheval. »


« J’ai beaucoup parlé de la psychologie équine, et aussi du cavalier olympique Andrew Hoy (compétiteur Australien de concours complet) qui devait se mettre debout sur une chaise pour brider son cheval et comment j’ai pu faire la même chose assis sur cette chaise après que j’eus joué les 7 jeux avec ce cheval. »  
Alors qu’il racontait cette histoire, il était assis sur une chaise, utilisant ses mains pour parler. »  Se souvient Linda.  Ensuite le cheval de La Reine a passé cerveau gauche et a posé sa tête sur l’épaule de Pat.  Celui-ci a juste continué de parler en caressant la tête du cheval !  Le comportement de ce cheval était complètement différent que ce que nous avions vu au début.  Les gens étaient tous très impressionnés !  Pat a décidé de terminer la performance là.  Il a dit qu’il savait que La Reine devait partir, et qu’il y aurait une pause avant de continuer la présentation.  Mais La Reine était tellement fascinée par ce qu’elle venait de voir qu’elle resta.  « Sa Majesté était supposée rester 30 minutes par politesse, 45 minutes au plus.  Mais elle resta 1 heure et 15 minutes, »  a dit Pat.  « Je pense que nous avons laissé une empreinte, et je pense qu’elle serait restée plus longtemps si elle avait pu.  C’était une démonstration parfaite, je pense que nous serons réinvités »

Après que La Reine soit partie, ils amenèrent 2 autres chevaux – un qui ne pouvait pas être tondu, et l’autre qui n’acceptait pas que quelqu’un monte sur son dos.  Pat joua avec celui qui ne pouvait pas être tondu pendant que David Stuart (chef instructeur de GB), joua avec l’autre cheval.  Pat bien sûr, a pu en quelques minutes tondre calmement son cheval.  David n’a pas seulement pu monter sur le cheval sans incident, mais a pu se mettre debout sur son dos.  Pour nous qui avons vu Pat et ses meilleurs instructeurs auparavant, n’étions pas surpris de ce succès.

Mais pour ce public, maintenant impressionné, c’était exceptionnel.  Qu’est-ce que quelqu’un pourrait bien donner à La Reine ?  « Avant que La Reine s’en aille, »   dit Neil Pye, « Pat lui a présenté sa maman et Linda.  Pat donna à Sa Majesté le livre de photos de Pat et Linda, « Keepin’it natural. »  Alors qu’il dédicaçait le livre, il murmura à Linda, « Comment est-ce qu’on écrit majesté ? »  Et ensuite il signa.  Il passa le livre à Linda pour son autographe.  Linda écrit à toute vitesse sa signature, à ce moment La Reine dit à Linda, ‘Ma chère, est-ce là la façon dont vous écrivez toujours ?’ »  Neil rigole et dit, « L’écriture de Pat ressemble plus à une griffure de chat, et La Reine commentait sur la signature de Linda (elle qui a généralement une belle écriture), et maintenant qui dans le livre de La Reine, consiste à un L, un trait, un P et un autre trait. »  Linda éclate de rire.  « La Reine me regarda quand j’ai signé mon nom.  Et Neil a raison, elle a dit ‘C’est comme ça que vous écrivez toujours ?’  J’ai répondu rapidement, ‘Oh, seulement ces mots.’ » 

Quel était le souvenir le plus profond de Pat de cet événement historique ?

« Probablement de regarder ma mère et l’exaucement qu’elle a reçu de cet événement. Pour Linda et moi ce fut une grande fierté.  C’était presque surnaturel, comme un rêve.  Maintenant nous réalisons l’importance de l’événement, et les possibilités que nous avons dans le futur.  Je me souviens d’une phrase lorsque j’étais en école biblique, quelque chose comme, ‘Si tu te rends maître de ton métier, tu va réussir devant des rois.’  Je n’aurais jamais pensé être capable d’accomplir notre mission par une démonstration devant La Reine, mais nous l’avons fait.  Si tu peux accomplir quelque chose avec excellence, même les rois et les reines vont le remarquer.  Il y a peut-être un ordre parfait des choses.»

Et le grand moment de Linda ?

« C’est maintenant de réaliser ce que nous avons accompli.  Etre là-bas était cool, mais c’est le regard en arrière et la compréhension de la signification de ce que nous avons fait qui est important.  C’était un grand honneur.  Etre assise derrière La Reine était fantastique, de la voir regarder Pat.  C’était vraiment émouvant de regarder les réactions de Sa Majesté.  Oh, et je dois rajouter que Pat a été politiquement très correct ! »

Et les commentaires fait en partant de La Reine à Pat Parelli ?
« J’aurais adoré faire ces choses là il y des années, lorsque j’étais plus jeune et que j’avais le temps.  Merci vraiment beaucoup ».

 

Haut de page