Sur l’œil en promenade

On me demande souvent : « Qu’est ce que je dois faire quand mon cheval sursaute en balade ? »
Je regarde la personne droit dans les yeux et lui dit : « Peut-être que la question devrait être formulée différemment – Qu’est ce que je peux faire pour que mon cheval et moi-même soyons mieux préparés pour qu’il n’y ait plus de peur sur la balade ? »
La plupart des gens sont agacés ou ont peur de la réaction de leur cheval, surtout lorsque ces derniers commencent à tirer ou à trotter sur place.  J’ai entendu bien des théories essayant d’expliquer un tel comportement, elles découlent d’un manque d’information concernant le fonctionnement de l’animal de proie.  « Il est compétitif, il adore courir, il veut être le premier, il est juste stupide », Ce sont là quelques une des explications que j’ai entendues.  Si nous voulons aider notre cheval, la première chose à faire est de comprendre son fonctionnement, et se mettre à sa place.

 

Le point de vue de l’animal de proie

Les chevaux sont des proies, et leur première préoccupation c’est d’être sûrs qu’ils ne vont pas se faire manger.  Ils sont très attentifs et alertes.  Plus ils s’éloignent de la maison, moins ils se sentent en sécurité, et sursauter le long de la balade est un très bel exemple du comportement de la proie quand elle sent un danger.  Ses sens deviennent incroyablement accrus ; il peut entendre, sentir et voir des choses qui nous sont totalement imperceptibles.  C’est grâce à ces sens que les chevaux ont survécus pendant des millions d’années !
On peut remarquer que ce sont généralement les chevaux dominants et sensibles qui ont des problèmes en balade.  Ils ont l’habitude de prendre des décisions pour leur troupeau – qui sont premièrement basées sur la sécurité du groupe.  Une fois qu’ils sont sous contrôle de leur cavalier ils sont dans une position qui ne leur permet plus d’influencer le troupeau.  S’ils ne respectent pas leur cavalier comme leur alpha, ils deviennent émotifs, bouleversés et deviennent de plus en plus incontrôlables.  Ils vont essayer de conduire le troupeau dans un endroit sûr.  Si cela n’est pas possible, le cheval va essayez de se placer au centre du groupe, où il se sentira plus en sécurité.
Ceci dit, ce n'est pas nécessairement le cheval alpha qui pose des problèmes en balade, ça peut être n’importe quel cheval.  Mais si un cheval est sensible, tendu, peureux ou dominant, il y a plus de chance qu’il ou elle démontre cette attitude d’insécurité.

 

Qu’est ce qu’il fait si vous descendez ?

J’ai fait quelques expériences où j’ai demandé au cavalier de descendre de son cheval, alors qu’il trottinait, sursautait et lui ai dit de le lâcher.  La première chose que le cheval a fait était de courir devant les autres, essayant d’attirer le groupe afin qu’il le suive.  Cela n’a pas marché, il est retourné en arrière et a recommencé.  Il va généralement essayer plusieurs fois avant de réaliser qu’il n’est pas responsable du groupe.  Ensuite il s’est calmé, et s’est placé derrière le ou les chevaux de têtes et les suivit calmement, complètement détendu – il ne sursaute plus, ne trottine plus !  C’est un bel exemple du comportement de la proie face à son troupeau.  Aussi longtemps qu’il dépend d’un alpha il se calme tout de suite.
Maintenant, voilà le secret : Vous devez devenir l’alpha de votre cheval.  Il ne se sentira plus jamais seul et n’aura plus peur en balade.  Si vous êtes calme, il sera calme.
Les chevaux jouent des jeux de dominances entre eux tous les jours pour maintenir leur ordre hiérarchique.  C’est quelque chose que vous devez faire chaque fois que vous êtes avec votre cheval.  Les chevaux votent tous les jours pour leur leader.  TOUS LES JOURS !  Si votre leadership n’est pas forcément établi avant que vous partiez en balade, vous allez perdre les élections très facilement ce jours là.  Vous ne pouvez pas forcer votre cheval à vous accepter comme leader, vous devez le mériter.  Vous gagnerez son estime en jouant les 7 jeux.

 

Une bonne préparation antérieure

Comment pouvez-vous mieux vous préparer avant de partir en balade ?

  1. Ne partez pas tant que votre cheval n’est pas cerveau gauche.  Ça veut dire qu’il est calme et qu’il réfléchit.
  2. Jouez les 7 jeux jusqu’à ce que votre cheval soit cerveau gauche et qu’il accepte votre position de leader.
    Pensez à cela comme un contrôle que vous effectuez avant de monter, un peu comme ce qu’un pilote d’avion effectuera avant de décoller.  Vous pouvez simuler des situations qui lui font peur, et lui apprendre à devenir plus courageux au travers de la désensibilisation.
    Ensuite pratiquez ces mêmes simulations en étant sur son dos.  S’il a peur, tournez-le pour qu’il fasse face au danger, lui permettant de reculer, mais pas de faire demi-tour.  Utilisez l’approche et le retrait.  Souriez, baillez et restez décontracté durant tout l’exercice.  Ensuite continuez comme si de rien n’était. C’est quelque chose que vous pouvez commencer à faire aujourd’hui, comme ça dans 1 semaine ou 2 vous aurez un cheval différent.  Vous ne pouvez pas faire l’exercice juste une seule fois en pensant que le problème est résolu !  Ce n’est pas une moto !  Votre cheval est un être vivant, qui pense, qui respire, qui a des émotions, la responsabilité de son bien–être est entre vos mains.
  3. Il faut pouvoir marcher, trotter, galoper rênes longues et pouvoir facilement plier l’encolure du cheval jusqu’à l’arrêt.  Si vous ne pouvez pas le faire ce jour là, ne partez pas en balade.
  4. Evaluez votre propre émotion : Pouvez-vous rester totalement cool, calme et concentré même si votre cheval devient complètement affolé ?  La plupart des gens « sursautent » encore plus que leur cheval – soudainement s’agrippent avec leurs jambes et leurs mains, et se crispent de plus en plus. Cela va non seulement affoler d’avantage votre cheval, mais il va continuer à sursauter parce qu’il va douter de votre confiance et de votre leadership.
  5. Il est très important de penser à votre sécurité en premier lieu.  Le simple fait d’être en sécurité vous permettra de prendre confiance.  Donc si vous pensez que vous devez descendre de votre cheval, DESCENDEZ !  Si vous essayez de rester dessus (aucune garantie que vous y restiez !) vous allez probablement vous faire encore plus peur et vous crisper d’avantage, votre confiance va s’effondrer parce que vous venez de vivre une mauvaise expérience.  Si vous perdez la connexion avec votre cheval lors d’une balade, ne soyez pas trop embarrassé de descendre.
  6. Si vous descendez, jouez les 7 jeux afin que votre cheval redevienne cerveau gauche (essentiellement du latéral et du reculer).  Quand vous jouez les jeux dans cette situation, soyez provocatif – montez l’énergie dans votre cheval jusqu’à ce que cela ne lui pose plus de problème.  Utilisez des obstacles en balade, ne jouez pas les jeux comme à la maison.  Choisissez un terrain varié – par dessus des troncs, autour d’arbres ou de cailloux, en bas ou en haut de collines.  Ne laissez pas votre cheval devinez ce que vous allez lui demander – ne soyez pas prévisible, comme sur la promenade.  Apprenez à votre cheval à gérer des situations imprévisibles et restez au sol jusqu’à ce que vous atteigniez ce but.  A ce moment là, vous serez en sécurité sur son dos.
    Des personnes m’ont dit qu’ils avaient peur que leurs amis perdent patience ou se fâchent s’ils avaient besoin de descendre pour permettre à leur cheval de revenir cerveau gauche.  Ma réponse est la suivante : montez avec des gens qui ont envie de vous aider à progresser avec votre cheval et qui vous encouragent à pratiquer un bon horsemanship.
    Pour terminer, et certainement pas le moins important, nous vous recommanderons toujours de ne pas allez en balade avant d’avoir passé le Level 1 et même avant que vous ne soyez bien dans le Level 2, dépendamment de l’état émotionnel de votre cheval.

Bonne balade !