3. Insatisfaction

Il existe toutes sortes de raisons pour lesquelles un cheval peut être malheureux. En matière de détention, cela peut être un environnement pas naturel, la solitude, un besoin de relations insatisfait (il a un très fort besoin d’appartenance à un troupeau). En compagnie humaine, c’est souvent un leadership insuffisant (trop hésitant ou trop agressif, trop ennuyeux ou trop exigeant), pas assez d’exercice (mental, émotionnel et physique). Maladresse ou manque de feeling, un traitement inconsidéré, un manque de communication, un manque d’habileté au sol ou à cheval, une mauvaise santé (pas d’énergie, douleurs), selle inadaptée, mors durs, des aides artificielles (Rênes allemandes, martingales, chaîne, mors en fil torsadé etc… tout artifice qui force sa tête ou son corps dans une position qu’il ne désire pas.
L’insatisfaction est un mot anthropomorphique, ce que le cheval ressent est notre interprétation sans toutefois en être absolument sûr. Nous pouvons cependant observer les signes physiques et son comportement pour reconnaître si le cheval est à l’aise dans sa relation avec nous ou pas.
Essayons de décrire un cheval qui est « content », qui est à l’aise et se sent bien. Il a « bonne mine », les yeux qui brillent, le poil lisse et brillant, il est mentalement, émotionnellement et physiquement détendu, n’a pas de douleur, une expression positive (les oreilles en avant, intéressé à son entourage), est confiant et curieux, aime les gens, répond sans résister, apprend bien et se sépare volontiers des autres chevaux quand il est en compagnie de l’humain.
Alors qu’un cheval insatisfait ou qui ne se sent pas bien ne présente pas bien. Un regard anxieux, mauvais poil, un mental rigide et émotionnellement très fragile, les muscles durs ou rigides et à tendance à se faire mal. Il a une expression négative (oreilles couchées, introverti, a peur de son environnement),  manque de confiance, pas curieux, évite la compagnie des gens, a de la peine à apprendre les nouveautés (il se perd émotionnellement), est attaché à son troupeau et tire vers l’écurie.
Il serait facile de mettre le blâme sur le cheval, mais nous faisons définitivement partie du problème car tout ceci concerne la vie du cheval dans un environnement humain. Nous pouvons influencer notre cohabitation avec les animaux de différentes manières: De la manière dont nous les nourrissons et logeons, comment nous nous comportons avec eux et de quelle manière nous les montons. Du moment que nous sommes propriétaire d’un cheval, son bien-être est notre responsabilité et la chose qui urge le plus (en dehors de sa santé bien sûr) est l’amélioration de la relation entre humain et cheval.
La plupart d’entre-nous achetons un cheval avec le rêve en tête qu’il devienne notre meilleur ami avec lequel nous galoperons vers le coucher de soleil ou avec lequel nous allons gagner le prochain concours. C’est là que le plus important ne nous est pas dit : qu’en tant que propriétaire de cheval, nous sommes responsables du bien être mental, émotionnel et physique du cheval… et comment ceci est fait.
Les chevaux sont des animaux de troupeau, de par leur nature, ils cherchent la sécurité,                                                                                                                                             le leadership (suivent un alpha) et l’appartenance aux autres. Si un cheval est isolé des autres, c’est à nous de remplir toutes ces attentes. Même si notre cheval vit avec d’autres, il sera de temps en temps seul avec nous, par exemple, lorsque nous le montons ou nous jouons avec lui. Notre relation est de ce fait décisive pour le bien être du cheval. C’est notre responsabilité d’apprendre à être un bon leader pour le cheval, de comprendre comment les chevaux se comportent naturellement entre eux et copier ceci, afin de permettre au cheval d’être notre partenaire et non notre esclave.
Si nous sommes capables de ceci, nous allons voir un changement considérable chez notre cheval. La seule difficulté est que  nous devons nous transformer en une sorte de partenaire autour du quel le cheval a envie d’être. Ce principe l’exprime bien : « Si nous voulons que quelque chose change, nous devons changer nous-mêmes ».

Que faire…

Apprendre comment les chevaux se sentent, pensent, se comportent et jouent. Vous devez savoir ce qui est important pour eux, qu’est-ce qui les motivent et quels sont leurs plus gros besoins. Les chevaux étant des animaux de proie, ont des besoins littéralement à l’opposé du prédateur. Les proies ont besoin de sécurité, de confort, de jeux et de nourriture – et ceci dans cet ordre-là. Les prédateurs ont besoin d’éloges, de reconnaissance et de choses matériels. C’est la raison pour laquelle les récompenses et autres gâteries ne fonctionnent pas avec les chevaux sauf s’ils n’ont pas peur des hommes. Ces choses là fonctionnent par contre très bien chez l’homme et le chien.
Le DVD Horsenality, de la Success Serie, traite les différents aspects de la psychologie équine. Il est important que vous élargissiez vos connaissances et que vous compreniez ces éléments de base. Le premier pas de la construction d’une relation extraordinaire est que vous appreniez ce qui est important pour votre cheval et non pour vous.
Les 7 jeux sont probablement la percée la plus importante dans la relation homme-cheval En observent comment les chevaux se comportent entre eux, Pat a constaté qu’ils jouent concrètement 7 jeux. Il nous les explique et nous apprend à les pratiquer comme si nous étions un cheval. La raison pour laquelle l’attitude du cheval va se modifier de manière fulgurante quand vous jouez tous les 7 jeux est  tout simplement qu’il vous comprend. C’est comme s’il pensait « tu as une allure bizarre, deux jambes, mais tu te comportes exactement comme un cheval ! » A ce moment-là, vous avez atteint un niveau d’une relation très profonde qui va combler le fossé entre la proie et le prédateur. Vous avez développé un système de communication qui va vous permettre d’atteindre un très haut niveau. Tout ce que nous désirons obtenir d’un cheval est un des jeux ou la combinaison de plusieurs des 7 jeux.

Fixez-vous des défis ! Ce qui signifie de ne pas faire la même chose à chaque fois que vous êtes avec votre cheval. Développez votre imagination ! Fixez-vous des défis ainsi qu’à votre cheval et donnez-vous des tâches qui aient un sens et qui élargissent la communication, le feeling, le timing ainsi que l’équilibre. Dans l’industrie du cheval, l’imagination n’a pas beaucoup de place. C’est pourquoi, nous avons mis en place les Parelli Patterns ainsi qu’une liste de tâches (Skills que vous trouvez sur le site du Savvy Club) qui vont vous permettre d’avoir plus d’imagination et de défis, le tout dans un ordre précis et logique pour le cheval. Plus vite vous tenterez ces défis après avoir débuté les 7 jeux, plus rapidement votre relation avec votre cheval va s’améliorer, ce qui vous satisfera ainsi que votre cheval.

Soyez progressif ! Ce qui veut dire : « ne restez pas bloqués dans la base ! ». Si vous allez devenir le genre de partenaire avec lequel votre cheval a envie d’être, vous allez devoir apprendre et progresser. Très souvent nous entendons ceci : « cela fait 3 ans que je pratique Parelli et je pense être prêt pour passer le Level 1 maintenant». Si vous vous trouvez dans ce cas, vous connaissez probablement certains de ces éléments: votre cheval a l’air de s’ennuyer, il n’a pas l’air heureux, ne s’améliore pas au niveau de son comportement et de sa volonté de faire les choses, il reprend même certains anciens comportements, car il a décidé que vous n’étiez pas digne d’être son leader. Il est temps de passer au Level 2 !

Le Level 1 a comme thème la sécurité et les connaissances de base. Concrètement, le Level 1 vous donne plus de contrôle et vous écarte du danger. Et bien que vous allez avoir appris beaucoup et fait plein de progrès ce n’est qu’au Level 2 que vous allez trouvez que le travail se transforme en vrai plaisir pour vous et pour votre cheval. Vous pouvez résumer de la manière suivante : plus vous aurez de Savvy, plus votre cheval sera heureux et intelligent.
Elargissez vos connaissances dans le domaine de la santé…dentition, alimentation, soins des sabots, adaptation des selles, etc. Nous avons actuellement une multitude de choses qui nous sont proposées sur le marché. Le seul défi est de savoir choisir. Ce que nous faisons est de sélectionner quelque chose qui nous donne des résultats et nous restons fidèles au programme proposé aussi près que possible. Ce n’est que lorsque nous n’obtenons pas les résultats promis que nous rechercherons une autre solution. Le pire c’est de mélanger les choses rien ne va vraiment fonctionner et au pire vous allez encore augmenter les problèmes. C’est la même chose pour notre programme : si vous ne faites que le 10%, vous n’obtiendrez que le 10% du résultat!
Un processus d’apprentissage n’est pas uniquement du plaisir. Il est très exigeant et vous demandera beaucoup. Ne vous découragez pas si vous vivez des sentiments de doute et d’échec, ces sentiments font partie du processus. Et quel bonheur quand vous allez constater que votre cheval apprécie de plus en plus votre compagnie !

L’aboutissement du Level 1… Autrefois, le Level 1 pouvait  uniquement être passé auprès d’un instructeur officiel Parelli afin de pouvoir passer au niveau 2.
Comme les 3 niveaux sont disponibles sous forme de Savvy System, la possibilité d’une mauvaise interprétation des informations de Pat ne sont plus possibles. Les check listes sont apparues afin de permettre à chaque étudiant de progresser à son rythme et de déterminer si toutes les tâches sont acquises. C’est votre responsabilité de suivre le programme et de ne pas pratiquer les tâches à tort et à travers et de permettre ainsi de suivre le chemin de la réussite. Il est toutefois encore possible de passer votre niveau  officiellement.

Un conseil… La raison qui retient passablement de personnes à montrer leur progrès, c’est qu’ils pensent devoir être parfaits ! Le Level 1 n’exige pas la perfection ! Le Level 2 non plus ! On peut même constater qu’au Level 1 les choses ont quelque fois l’air un peu fastidieuses et peu brillantes.
Ça ne vous aidera pas de stagner au Level 1. Lorsque vous passerez au niveau 2, votre niveau 1 sera forcément meilleur. Vous allez prendre la base des 7 jeux ainsi que la partie montée du Level 1 et les emmener au standard de la qualité du Level 2. C’est la même chose pour le Level 3.

Imaginez-vous si vous n’étiez jamais sortis de l’école enfantine ! Qu’auriez-vous appris ? Seriez-vous très intelligent ? Les progrès et l’apprentissage de nouvelles choses élargissent votre savoir faire ainsi que votre intelligence.

4. Oreilles couchées lors de concentration

C’est un chapitre court. Un cheval concentré n’a pas les oreilles couchées. Elles sont entre l’avant et l’arrière. Elles sont dirigées vers vous et vos demandes, surtout lorsque vous aurez affiné vos demandes et monterez avec finesse.
La position des oreilles vous montrera également dans quelle direction regardent les yeux. N’oubliez pas que le cheval a la possibilité de bouger ses yeux indépendant l’un de l’autre. Si le cheval est concentré mais ne se préoccupe pas beaucoup d’ou il va, ses oreilles sont à moitié en arrière. Par contre, si le cheval doit faire attention où il met ses pieds et se concentre sur le cavalier, vous pourrez constater que ses oreilles vont en avant et en arrière. Votre cheval vous écoute et regarde où il met ses pieds.
Les chevaux peu sûrs d’eux auront tendance à avoir leurs oreilles en arrière car ils se déchargent beaucoup sur vous, par contre, les chevaux sûrs d’eux porteront leurs oreilles en avant. Plus votre entraînement sera exigeant et que votre cheval ne devine pas vos intentions, plus ses oreilles seront mobiles et par conséquent expressives. La confiance est une grosse partie de l’ensemble et parfois même un processus en soi, particulièrement si vous devez rétablir la confiance en l’homme chez un cheval. Dans ce cas précis, le bon mélange entre constance et variation est très important. Le rapport constance/variation doit être de 80/20.

Nous sommes confiants qu’avec toute cette information vous avez de quoi réfléchir et ainsi vous allez être plus apte à comprendre et à observer ce qui se passe chez votre cheval. Si vous posez le bon diagnostic, vous pourrez l’approcher avec les bonnes solutions. Ce qui signifie avoir du Savvy !